English translation. Part songs. L'ordre des vingt-quatre lieder n'étant la résultante de la découverte différée des douze derniers non mis en musique, et s'achève sur le dernier lied où le poète demande au joueur de vielle – symbole de la mort – s'il peut le rejoindre pour en finir. Cette série de poèmes est groupée par Müller sous le titre de Voyage d'hiver. De dove acteur Horst Dittrich vertaalde de tekst van de liederencyclus in 2007 in de Oostenrijkse gebarentaal en nam hem in de jaren 2008 en 2009, in Wenen, Salzburg en Villach in een productie van ARBOS - Vereniging voor muziek en theater met pianist Gert Hecher en bariton Rupert Bergmann, gefilmd door Olgierd Koczorowski (PZG Szczecin, 2009). Winterreise (Voyage d'hiver en français), D.911, est un cycle de 24 lieder pour piano et voix, composé par Franz Schubert en 1827, un an avant sa mort, sur des poèmes de Wilhelm Müller. On assiste certes à la fragilisation d'une personnalité, mais sans plus : délire, désespoir et angoisse apparaissent trop pauvrement caractérisés. », « Il nous donne, enregistré en public à Londres, la grande version moderne du cycle, Schubert's Winter Journey, anatomy of an Obsession, Stefan Kunze (trad. La dernière modification de cette page a été faite le 15 décembre 2020 à 02:21. たい雪に覆われた冬。若者は自分がただのよそ者であると感じ、あてもない旅に出ようとする。 4. – En ré mineur / Mässig, in gehender Bewegung [modéré]. Im Dorfe (Au village) Le recueil est peu peuplé de choses animées ou inanimées. « Certains lieder heureusement sont franchement réussis : « Hampson entreprend un « tout-dramatique Â» schubertien, aventure foudroyante, à vif, ultra-démonstrative, qui réussit grâce à la parfaite maîtrise de moyens voyaux puissant et racés. Il s'agit d'une marche, le voyage inexorable commence, campé par l'introduction. Der Lindenbaum (Le Tilleul) Volgens hem zit de Winterreise vol politiek-maatschappelijke kritiek. Gute Nacht (Bonne Nuit) La première partie paraît du vivant du compositeur, le 14 janvier 1828, et la seconde, le 30 décembre 1828, un mois après la mort du compositeur, à trente-et-un ans. Vele commentatoren plaatsen de cyclus in een politiek-maatschappelijk kader. Ces nouveaux textes correspondent au second cahier de Schubert – sans les poèmes nos 13 et 19. 89, D 911 – drugi (obok Pięknej młynarki) cykl pieśni napisany przez Franza Schuberta do poezji Wilhelma Müllera.Utwór został skomponowany w 1827 roku.. W 1994 roku Stanisław Barańczak opublikował tom wierszy Podróż zimowa. 89, D. 911). Voyage et solitude sont les thèmes principaux et ce qui appartient au bonheur n'apparaît que sous forme de souvenir et d'illusion. Le choc est terrible pour le musicien. Schubert, lors de la reprise de la strophe, change "und" en "ihr" au vers 9[30]. Franz Peter Schubert (1797-1828) was an Austrian composer. Das Mädchen sprach von Liebe, Die Mutter gar von Eh', - Nun ist die Welt so trübe, Der Weg gehüllt in Schnee. 19. Mais la gravité de l'œuvre, ses accents sombres et sa profondeur en font l'élection des barytons, tels Hans Hotter, Dietrich Fischer-Dieskau, Thomas Quasthoff, Alain Buet[26]. Hy was bekend vir sy rolle in die rolprente Tecumseh (1972) en The Flight (1977), en in die televisiereekse Zur See (1977) en Alarm für Cobra 11 - Die Autobahnpolizei (1996). Siitä on tullut lied-repertuaarin maineikkain teos, jota esitetään ja levytetään jatkuvasti. » La détresse est totale ; comme le dépouillement harmonique et mélodique, réduit à une pédale en bourdon en quinte et une unique phrase mélodique qui renforce la monotonie et la désolation. On voit quelques feuilles colorées. », « comme pour faire sourire un peu cette âme dévastée, « est un exemple absolu de concision et de forme pure, « est soutenu par une seule pulsation (triolet de croches, noire pointée) – on dirait le pas d'un homme qui se force à aller de l'avant. Fliegt der Schnee mir ins Gesicht, La dernière étape, celle que découvrira le musicien à la fin de l'été, se présente dans l'édition complète, où Müller remanie encore en inversant les nos 16 et 15 et en insérant deux textes supplémentaires à leur place connue, les nos 13 et 19, « sans doute pour atténuer la disparité[5] Â» thématique entre l'inspiration initiale et son évolution. Gefrorene Tränen (Larmes gelées) Drei Sonnen sah ich am Himmel steh’n, Mut ! Winterreise (Winterreis) is een cyclus van 24 liederen van Franz Schubert (op. […] ravira les mélomanes persuadés que le propos de Schubert est avant tout ici celui des forces brutes de la Nature en l'homme, autour de sa conscience réduite à l'errance sans fin […] Le maître [Sawallisch] est un superbe chef d'opéra, et cela s'entend clairement au piano : son travail traite la partition comme l'accompagnement lyrique par l'orchestre. Gute Nacht may refer to: . Entre les deux éditions, l'ordre des poèmes est différent et tient au poète et non à l'idée du musicien. No. « Il ne retrouvaient plus leur gentil Franz, le bon compagnon des Schubertiades, le Viennois facile, l'ami souriant et serviable[16] Â» Schubert se retrouve seul, même avec ceux qui l'aiment. Après une période créatrice et humaine difficile pour le musicien, ces lieder sont le « prélude Â» à ses plus hauts chefs-d'œuvre que sont le quintette à cordes en ut, le quatuor à cordes n° 15, les trois dernières sonates pour piano dont la sonate no 21, les impromptus, la Fantaisie en fa mineur, la Messe en mi majeur, ou la grande Symphonie en do. 13. Good Night (Gute Nacht) As a stranger I arrived As a stranger I shall leave I remember a perfect day in May How bright the flowers Il s'agit d'une conception au plus proche du folklore et la plus lyrique du cycle et en même temps, en considérant l'ensemble où le lyrique est absent, ce lied est donc aussi le moins typique[22]. – En ut mineur / Etwas langsam, Eine Krähe war mit mir Nous fûmes totalement abasourdis par le climat lugubre de ces lieder et Schobert dit n'avoir apprécié qu'un lied, Der Lindenbaum/Le tilleul. Feeling Numb (Erstarrung), No. Dès le premier lied, Gute Nacht / Bonne nuit, la tonalité est donnée : mineure : elle le restera tout du long, sauf les éclaircies de Lindenbaum et Frühlingstraum. Quand j'ai quitté la ville, 16. L'unique permutation volontaire de Schubert, qualifiée en quelques mots d'« enchaînement, hypnotique et sans pareil[17] Â», se trouve dans ce second cahier : Mut trop clair, passe avant Die Nebensonnen[11] qui lui, par son climat, s'approche à pas feutrés, dans l'atmosphère la plus extatique des vingt-quatre lieder[18] et une harmonie pacifiée, du décharnement du lied final Der Leiermann, comme une étape ultime de « la raison chancelante, la désillusion face à la réalité, la distorsion hallucinatoire, l'errance, l'aliénation vis-à-vis de la société…[19] Â». – En si mineur / Langsam, In die tiefsten Felsengründe « Les vingt-quatre stations de Schubert sont un chemin sans croix ni chemin[7] Â», décrivant les différentes facettes, tragiques, de l'état d'âme du poète, perturbé par des souvenirs du bonheur perdu, comme des ombres (évoqué systématiquement en majeur, mais moins présent et moins nettement dans le second cahier[24]). Het zijn 24 getoonzette gedichten van Wilhelm Müller voor zangstem en piano. Traduction Gute Nacht Schubert Jean-Baptiste, le 06/09/2010. Bibliothécaire et professeur dans un lycée, Wilhelm Müller (1794–1827), auteur des textes, est un poète du premier romantisme. Le musicien en révèle la voix intérieure dans son dépouillement, sa solitude totale. Le recueil s'ouvre en ré mineur, tonalité funèbre pour Schubert[27]. The two parts were also published separately by Tobias Haslinger, the first on 14 January 1828, and the second (the proofs of which Schubert was still correcting days before his death on 19 November) on 30 December 1828. Mais il est ici à double sens : le passé ne suffit pas à diluer l'angoisse qui poursuit son mouvement de lied en lied. », « Son refus de toucher à l’intégrité des douze lieder déjà achevés nous dit combien il était satisfait de son premier cycle, « enchaînement, hypnotique et sans pareil, « la raison chancelante, la désillusion face à la réalité, la distorsion hallucinatoire, l'errance, l'aliénation vis-à-vis de la société…, « L'unité de l'ensemble devient au plus profond une unité de la démarche, une unité de climat, « Les vingt-quatre stations de Schubert sont un chemin sans croix ni chemin, « Je ne veux pas déranger ton sommeil, ce serait dommage pour ton repos. Le premier lied est en majeur, mais la fin abandonne le majeur pour conclure en mineur. Hat mich mein Weg gebracht, Vers un cimetière Ich kann zu meiner Reisen Nicht wählen mit der Zeit, Muß selbst den Weg mir weisen In dieser Dunkelheit. La partition, après validation par la censure, est publiée en deux volumes comme opus 89 chez Tobias Haslinger, qui avait déjà publié en avril 1827 la Sonate pour piano no 18 en sol op. Un autre de ses amis témoigne : « L'ironie du poète, prenant ses racines dans le désespoir, trouva en lui un écho et lui donna une expression musicale mordante. 3. – En ut mineur / Ziemlich schnell [assez vite], Ich such’ im Schnee vergebens Un ami de Schubert écrit : « Schubert fut pendant quelque temps d'humeur sombre et paraissait souffrant. Frozen Tears (Gefror’ne Thränen), No. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il découvre une première série de douze poèmes et les met en musique en février 1827, sans toucher à l'ordre[11] ainsi que le donne la revue littéraire de Leipzig Urania, Taschenbuch auf das Jahr 1823. Wasserflut (Inondation) 4. Enregistrement de novembre 1942, publié en 1943 sur 78 tours par Deutsche Grammophon. Deze pagina is voor het laatst bewerkt op 20 dec 2020 om 13:22. Der greise Kopf (La Tête blanchie) Du heller, wilder Fluß, Toi qui bruissais si joyeux, – En fa mineur / Nicht zu langsam [pas trop lentement], Gefrorne Tropfen fallen Dès le premier lied, Gute Nacht / Bonne nuit, la tonalité est donnée : mineure : elle le restera tout du long, sauf les éclaircies de Lindenbaum et Frühlingstraum. Die Krähe (La Corneille) Lockte mich ein Irrlicht hin, Dans les profondes gorges rocheuses Auf meines schönen Liebchens Haus, Le vent joue avec la girouette 78 / D 894. Sur ma chevelure, 15. Je suis curieux de voir ce que vous en direz. 1. Winterreise, eine komponierte Interpretation, Liedteksten met vertalingen in het Nederlands, Engels, Spaans, Italiaans, Frans, Catalaans, Koreaans en Fries, International Music Score Library Project, https://nl.wikipedia.org/w/index.php?title=Winterreise_(Schubert)&oldid=57794849, Wikipedia:Artikel mist referentie sinds april 2018, Wikipedia:Alle artikelen die een referentie missen, Creative Commons Naamsvermelding/Gelijk delen, Originele werken van of over dit onderwerp zijn te vinden op de pagina. Quatre lieder sont abaissés d'un ton et un d'une tierce. La tonalité originale correspond à la clôture du premier cycle, refermé sur un ré mineur, comme il avait commencé ainsi que la mesure de marche. Gute Nacht Lyrics: Fremd bin ich eingezogen / Fremd zieh ich wieder aus / Der Mai war mir gewogen / Mit manchem Blumenstrauß / Das Mädchen sprach von Liebe / Die Mutter gar von Eh' / Das Mädchen La sobriété du discours musical, son intériorité douloureuse, son impression d'immobilité emportent l'auditeur du premier au dernier lied, qui ne conclut pas, s'arrêtant juste au bout de la solitude, « au seuil de la démence Â» (Einstein). Aus der Stadt gezogen, Une corneille était avec moi De eerste "Abtheilung" van twaalf liederen werd voltooid in februari 1827, de tweede met de overige twaalf in oktober van dat jaar. Rast (Halte) Le dessin mélodique à la voix commence haut perché sur le fa et descend jusqu'au ré (la tonique) plus d'une octave plus bas. maakt de Duitse componist Wolfgang Hufschmidt een uitgebreide muzikaal-semantische analyse. 11. Par rapport aux premiers, portés par la métaphore amoureuse, les seconds sont plus profonds, métaphysiques, jouent de double sens, absent dans l'édition Urania. May favored me With many a bunch of flowers. Das Wirtshaus (L'Auberge) Comme la tempête a déchiré – En la majeur / Etwas geschwind, Ein Licht tanzt freundlich vor mir her, An’s Tor dir gute Nacht, ... Franz Peter Schubert was an late Classical and early Romantic composer. Vers six : texte original de Müller : "Schwankt". Version pour ténor et quintette à vents : Version adaptée en français par Keith Kouna avec orchestre de jazz arrangé par. » Müller écrivait : « Je ne sais ni jouer, ni chanter, quand j'écris des poèmes, je chante et je joue. ». La relation au monde est réduite au minimum dans le premier, seul le no 9 Irrlicht faisant intervenir le feu-follet. – En si mineur (original en ré mineur) / Langsam, Wie eine trübe Wolke – En mi-bémol majeur / Etwas geschwind. « Dans le ressassement du petit motif, en ses deux métamorphoses instrumentale et vocale, un seul accent de désespoir […] sur le nimmer still/jamais en repos, et à la conclusion, aussitôt repris cette fois, corrigé, humilié, résigné par la reprise du motif : – ne craignez pas d'avoir trop accentué cette clameur d'âme[28]. 2 D 542, Dúo "Antigone und Oedip" ['Ihr hohen Himmlischen'] por dos voces y piano (1817); Op. Lau Kanen maakte een zingbare Nederlandse vertaling, die te vinden is in The LiederNet Archive (zie Externe links). ». Franz Schubert fut cette « Ã¢me semblable Â». Durch heit’re Lüfte geht, Comme un sombre nuage Beginning with a farewell: Winterreise's "Gute Nacht (Good Night)" Saying "goodbye" is often not only a moment of parting, but also a moment of beginning. Rückblick (Regard en arrière) », 7. He wrote some 600 lieder, nine symphonies (including the famous "Unfinished Symphony"), liturgical music, operas, and a large body of chamber and solo piano music. Jen la titoloj de la kantoj kun iliaj der verknumeroj kaj tonalo. Il décide donc de mettre en musique les douze nouveaux poèmes, qui ne figuraient pas dans Urania. Ist gefallen in den Schnee, Mainte larme de mes yeux Jamais lieder ne m'ont tant touché. Quatre ans après avoir mis en musique le cycle, La belle meunière, Schubert peut lire douze nouveaux poèmes découverts dans la bibliothèque de son hôte, son ami Schobert, l'année même du décès de Wilhelm Müller (1827). Das Lied Gute Nacht ist das 1. Le Voyage d'hiver a été gravé quelque deux cents fois. Winterreise was composed in two parts, each with twelve songs, the first part in February 1827 and the second in October 1827. Son accompagnateur est un peu inexpressif […], « Proche de l'édition de studio (DG), cette version radio est plus sauvage, plus brusque dans ses contrastes, souvent soulignés par ce qui est une simple saute dans la prise de son ; moins lisse, moins anonyme, sans cette réalisation quasi hypnotique du, « Pears donne une saisissante impression de rêve éveillé. Des Himmels graues Kleid! Vers onze : texte original de Müller : "brummen"[40]. » écrit Johann Mayrhofer (Souvenirs sur Franz Schubert, 1829)[9]. All structured data from the file and property namespaces is available under the Creative Commons CC0 License; all unstructured text is available under the Creative Commons Attribution-ShareAlike License; additional terms may apply. – En sol mineur (original en la mineur) / Ziemlich geschwind, doch kräftig. Schubert mêle dans ce cycle à parts égales le duo instrumentiste et chanteur, anticipant Schumann. C'est le préféré des compagnons de Schubert qui reçut immédiatement leur approbation[32] et la plus célèbre des mélodies. Es bellen die Hunde, es rasseln die Ketten; « Je me sentirai mieux dans l'obscurité Â», « roman musical s'achève sur la vision d'un misérable joueur de vielle que les chiens houspillent et à qui personne ne tend la main, image trop certaine de l'artiste qui œuvre dans les ténèbres, dans l'hostilité ou l'indifférence générale, « Dans le ressassement du petit motif, en ses deux métamorphoses instrumentale et vocale, un seul accent de désespoir […] sur le, « Hüsch donne de ces Lieder une interprétation très fidèle au texte, même si le style est un peu pompeux. Lied aus dem Liederzyklus Winterreise von Franz Schubert (1797-1828). See Full Entry. Le recueil est composé pour voix de ténor, comme la plupart des autres lieder du compositeur. Erstarrung (Engourdissement) Entry at Wikipedia for Schubert's song cycle "Winterreise" Entry at the "Lied and Art Song Texts Page" ... Ans Tor dir: Gute Nacht, Damit du mögest sehen, An dich hab' ich gedacht . Schubert avait déjà mis en musique un cycle de poèmes intitulé La belle meunière (1823) dont il partage le thème de l'amour non partagé et sont placés « tous les deux sous le signe de l'errance, l'un des thèmes majeurs de l'époque et du lied schubertien[8] Â». Mais chez le musicien, comme chez Müller, l'expression a considérablement évolué : le matériau musical est concentré à l'extrême, les proportions sont une épure de langage et va droit au cœur. Read more here. Wo die ander’n Wand’rer geh’n, Pourquoi éviter les sentiers Gute Nacht, the first scene in Winterreise, a song cycle for voice and piano written by Franz Schubert and published in 1828; Gute Nacht, also known as Warum bist du so ferne, a serenade written by Adolf Eduard Marschner; Gute Nacht, a song by German punk band Die Ärzte, originally released on the 1983 EP Zu schön, um wahr zu sein! Le schéma tonal est rigoureux pour la première partie : deux lieder ré et la mineur ; deux lieder dans des tonalités avec bémols : fa et ut mineur ; puis trois dans des tonalités avec dièses : mi majeur, fa et mi mineur. Les gens dorment dans leur couche, 18. Passe dans le ciel lumineux. Winterreise (Viatge d'hivern, en català) és un cicle de 24 lieder —composicions per a veu i piano— compost per Franz Schubert en dues parts de 12 lieder cadascuna, realitzades el febrer i l'octubre de 1827 i publicades per Tobias Haslinger el 14 de gener de 1828 i el 30 de desembre del mateix any, respectivament. Le gris manteau du ciel ! 6. – En fa majeur / Sehr langsam, Auf einen Totenacker Schubert a trente-et-un ans. En el Catálogo de Deutsch es el D. 911.. Es una de las obras que compuso en el último año de su vida, y el conjunto de lieder que más trabajó. He is particularly noted for his original melodic and harmonic writing. Winterreise op. Kantoj. La trace de ses pas, Chez Müller, le vers 3 original est "Und ist's mir denn entgangen". Deze kwalificatie zou door censors in omloop zijn gebracht om zijn populaire status te ondermijnen. ». Ici, le voyage est intérieur, alternant entre le souvenir et le présent. Lorsque la monotonie syllabique intervient, comme dans Der Lindenbaum et Die Krähe, il s'agit d'une métaphore de la folie[22] dans laquelle tombe le voyageur. Was hat es, daß es so hoch aufspringt, ». Mais la nature des régions traversées dans les deux recueils est tout à fait différente[8]. Le choix total est simple : le mineur est largement dominant, soit seize sur vingt-quatre et dix sur douze dans le premier cahier. Hab’ lang und fest sie angeseh’n. Comme celles qui éclosent en mai. Ses thèmes sont en affinité et comme l'expression de l'état d'abattement où se trouvait alors le musicien. No. Bien qu'écrit à l'origine pour ténor, et non pour baryton, le Winterreise a aussi été interprété par des voix de femmes à commencer par Elena Gerhardt dès 1928 pour HMV, et Lotte Lehmann en 1940 ; de nos jours, l'œuvre l'a été par les mezzos Christa Ludwig, Brigitte Fassbaender, la contralto Nathalie Stutzmann et les sopranos Margaret Price et Christine Schäfer. Un jour il me dit : Viens aujourd'hui chez Schobert. – En sol mineur / Nicht zu geschwind, Es brennt mir unter beiden Sohlen, Ainsi poèmes et musique sont un des témoignages les plus bouleversants « de cet asservissement politique, que Heine donnait nommément comme cause véritable de l'ironie romantique et de la difficulté d'être[4]. Winterreise kan ook geïnterpreteerd worden als een beschrijving van de door de Restauratie ‘bevroren’ maatschappij.[bron?]. No. Schubert, Franz: Opus/Catalogue Number Op./Cat. Paradoxalement la présence de la tonalité majeure est plus importante. – En la mineur / Ziemlich geschwind [assez animé], Der Wind spielt mit der Wetterfahne Étranger je suis venu, Français : Gute Nacht, premier lied du recueil Winterreise de Franz Schubert sur un poème de Müller. Comme si la musique elle-même avait fui, tel le cœur mort du voyageur. », « de cet asservissement politique, que Heine donnait nommément comme cause véritable de l'ironie romantique et de la difficulté d'être, « sans doute pour atténuer la disparité, « le maître immortel du Lied allemand Â», « tous les deux sous le signe de l'errance, l'un des thèmes majeurs de l'époque et du lied schubertien, « véritable confession musicale et [a] été baptisé dans le sang d'une vraie et profonde souffrance Â», « Il ne retrouvaient plus leur gentil Franz, le bon compagnon des Schubertiades, le Viennois facile, l'ami souriant et serviable, « L'ironie du poète, prenant ses racines dans le désespoir, trouva en lui un écho et lui donna une expression musicale mordante. Part songs [1] en la New Schubert Edition [2] o Series XVI-XIX en Franz Schubert's Works (unas en Series XX).. Part songs con un número de opus Part songs publicadas durante la vida de Schubert Op. Pas de fusion, de poursuite du soliste, mais un propos indépendant, complémentaire. Volgens vrijwel alle commentaren symboliseert de winterreis de zoektocht van de mens naar zichzelf. Ich folg’ ihm nach die Kreuz und Quer, Une lumière danse gaîment devant moi, Aus dieser Sammlung hatte Schubert 24 Gedichte ausgewählt, welche er, zusammengestellt in Winterreise, vertonte, wodurch Wilhelm Müller ebenfalls bekannt wurde. Au besoin, ils sont transposés. Le cycle du Voyage d'hiver ou Winterreise est sans doute le plus beau recueil de lieder de Franz Schubert. « Le but de ce Voyage d'hiver, c'est la mort[2]. Le caractère sombre du musicien – « l'hiver est tombé sur son âme Â» dit Marcel Beaufils[6] – pendant la composition impressionne ses amis[13], d'autant que la première partie du cycle est justement fondée sur une rumination du souvenir, propre au romantisme. C'était l'époque où il a découvert sa maladie, la syphilis, suivie de périodes passées à l'hôpital où il compose certains lieder, d'après ses amis. Ce à quoi Schubert se contenta de répondre : Ces lieder sont ceux que je préfère entre tous, et ils finiront par vous plaire à vous aussi. Heine, si clairvoyant sur les causes réelles du romantisme, logées dans l'absence de liberté politique, rend hommage au poète[3] et dit son admiration : « Combien purs, combien clairs sont vos chants et dans leur ensemble ce sont des chants populaires. – En mi mineur (original en fa mineur) / Langsam, Manche Trän’ aus meinen Augen L'action a déjà eu lieu : la bien-aimée n'est plus sienne, et Müller dit adieu au monde[12] ; Schubert l'entend sur un rythme de marche. Die Gedichtsammlung behandelt die Thematik wandernder Gesellen, welche v… Tonalement, l'original en si mineur, est à rapprocher du no 9, Irrlich, ces deux lieder apparaissant comme détachés de ceux qui les entourent, comme des îlots. 2. Schubert a procédé à l'unique modification de l'ordre des poèmes de Müller en inversant l'ordre d'apparition de ce poème avec le suivant : « Si Schubert avait gardé Mut comme avant-dernier lied des douze selon l'ordre adopté pour finir par Müller, ce Courage aurait eu moins de force ; venant après la vision des Trois Soleils, il eut été moins logique et moins dramatiquement convaincant[38]. Mais ensuite, la progressive désagrégation psychique du voyageur n'est que timidement rendue. (Courage) — Joseph von Spaun, Écrits sur ma relation avec Franz Schubert (1858)[14]. Le champion en est le baryton Dietrich Fischer-Dieskau qui l'a enregistré (en concert ou au studio) une douzaine de fois entre 1948 et 1990. Steht ein Leiermann. – En ut mineur / Etwas langsam, Der Reif hatt’ einen weißen Schein Se tient un joueur de vielle. J'en fus douloureusement ému. Irrlicht (Feu follet) », « comme pour faire sourire un peu cette âme dévastée[28] Â» du voyageur. », 3. Alors que déjà je foule neige et glace, 9. Fremd bin ich eingezogen, Outre le texte, la musique accumule les pistes : trois dièses (la majeur), mesure à 3/4, découpe A-A'-B-A, mélodie reprise trois fois, cadence parfaite conclusive reprise trois fois. 5. Tret’ ich auch schon auf Eis und Schnee, La plante des pieds me brûle Frühlingstraum (Rêve de printemps) La nuit est annoncée ; on la veut bonne comme l'annonce le titre ; mais c'est dans les ténèbres qu'il faut chercher le chemin. Bientôt nous fûmes enthousiasmés par la mélancolie de ces pages vocales que Vogl interprétait magistralement. Par sa densité et son dramatisme, l'œuvre dépasse tout ce qu'il a produit dans le genre. 1 – "Erlkönig" D 328, Song "Der Erlkönig" ['Wer reitet so spät durch Nacht und Wind?'] Letzte Hoffnung (Dernier Espoir) Toute l'image du recueil est figurée en ces quelques notes : « une trajectoire de chute Â»[27]. In het 24e lied ontmoet hij de Leiermann, de speelman met de draailier, een verpersoonlijking van de dood. Il était touché par l'émotion directe et sensible du poète. ». Günter Schubert (18 April 1938 – 2 Januarie 2008) was 'n Duitse akteur. Da steht ein Lindenbaum, À la fontaine, devant le porche Franz Schubert [fʁɑts ʃubɛʁ]2 (en allemand : [ˈfʁants ˈʃuːbɐt]3) est un compositeur autrichien né le 31 janvier 1797 à Lichtental (dans la banlieue de Vienne), et mort à Vienne le 19 novembre 1828. », « Combien purs, combien clairs sont vos chants et dans leur ensemble ce sont des chants populaires. Pour lui, l'œuvre est achevée[5] et il écrit Fine au bas de la page du douzième lied, Einsamkeit, originellement en ré mineur, c'est-à-dire retournant à la tonalité du premier. Viennent ensuite, Hermann Prey (six fois), Hans Hotter et Gérard Souzay (cinq fois), Peter Schreier (quatre) et Ernst Haefliger (trois)[48]. Que lorsqu'enfin je trouve le repos, Égaré, le poète perd la raison. – En mi mineur / Langsam [lentement], Der du so lustig rauschtest, Müllers gedichten werden in zijn tijd als middelmatig omschreven. L'écriture ou plutôt l'organisation du recueil définitif de Müller publié en 1824 et composé de vingt-quatre poèmes, connaît trois étapes[5], toutes publiées. À l'enterrement, il est porte-torche parmi les trente-six du cortège au côté de Grillparzer[20]. S'élève un tilleul. Je la secoue bien. – En ut mineur (original en ré mineur) / Mässig, Nun merk’ ich erst wie müd’ ich bin, – En ré mineur / Ziemlich geschwind, doch kräftig. Qu'empruntent les autres voyageurs, 21. About 'Gute Nacht (Winterreise)' Artist: Schubert, Franz (sheet music) Born: January 31, 1797 , Himmelpfortgrund, Austria Died: November 19, 1828 , Vienna The Artist: Franz Peter Schubert (January 31, 1797 - November 19, 1828), was an Austrian composer. Et ce qui apparaît n'est qu'une figuration de son état d'âme : les girouettes ne désignent que le vent, les poteaux indicateurs des noms qui trompent le voyageur, la nature entière ne lui renvoie que sa propre image, une nature désolée, gelée, comme sans dieu[6], un monde privé de sens[7]. Le « roman musical s'achève sur la vision d'un misérable joueur de vielle que les chiens houspillent et à qui personne ne tend la main, image trop certaine de l'artiste qui œuvre dans les ténèbres, dans l'hostilité ou l'indifférence générale[16].